AGIR POUR L'ORGE
IMGP8343

Conséquence de l’urbanisation, l’imperméabilisation des sols empêche l’infiltration de l’eau et accélère le ruissellement des eaux de pluie jusqu’à la rivière. Mais, avec sa faible capacité, l’Orge ne peut plus absorber ces nouveaux volumes, ce qui provoque des débordements. Le Syndicat a donc mis en place un vaste programme anti-crue qui a le plus souvent fait ses preuves.



bassin
En 40 ans, le Syndicat a aménagé 17 bassins de retenue (bassins en eau et bassins secs) et bassins enterrés (ouvrages de rétention et de dépollution des eaux pluviales, construits en sous-sol, le plus souvent au coeur des villes) pour stocker les volumes d’eau excédentaires transportés par la rivière. Installés sur le cours de l’Orge et de ses affluents, ces bassins offrent une capacité de rétention de 2,4 millions de m3 d’eau.

Dans le même temps, le Syndicat s’est porté acquéreur de 282 ha d’espaces naturels en fond de vallée. Par cette démarche d’achat de terrains, le Syndicat protège ces espaces naturels de l’urbanisation grandissante, et en fait des zones inondables pour accueillir les débordements de la rivière. Ces espaces inondables, d’une capacité de 2 millions de m3 d’eau, jouent un rôle hydraulique majeur dans la régulation des crues.

Télécharger le règlement d’assainissement

Les bassins en eau

Les premiers bassins ont été construits dans le lit majeur de la rivière et sont donc en relation avec la nappe phréatique.

Le bassin de Trévoix (Bruyères le Châtel) constitue la plus grande retenue d’eau de la vallée avec 1,2 millions de m3. Sa fonction : réguler la Rémarde et protéger les communes de l’aval (Egly, Ollainville, Arpajon) des inondations.

Les bassins du Carouge (Brétigny) et du petit Paris (Leuville) constituent la seconde retenue sur l’Orge (600 000 m3). Ces bassins protègent les communes de St-Michel, Longpont, Villiers et Ste-Geneviève-des-Bois. Etant conçus en dérivation de la rivière, ces bassins possèdent chacun une vanne d’entrée et une vanne de sorties automatisées et commandables à distance.

À l’ouest du bassin versant de l’Orge, le bassin du Gué protège Marcoussis des débordements de la Sallemouille qui traverse le cœur de la ville. Conçu en 1978, ce bassin est directement aménagé sur le cours de la rivière et offre une capacité de rétention de 170 000 m3.

Télécharger le panneau pédagogique « Bassin en eau »
Télécharger la carte des bassins secs et en eau

Les bassins secs

Les bassins secs constituent des espaces verts traversés par un cours d’eau. Ils sont aménagés avec une digue à l’aval pour stocker momentanément les eaux de rivière lorsque celle-ci monte en charge. Une vanne de sortie télégérée permet de contrôler en permanence le débit de la rivière à la sortie du bassin.

Crée le long de la Sallemouille, le bassin de Linas avec une capacité de stockage de 95 000 m3 permet d’absorber des pluies exceptionnelles afin de protéger efficacement la commune de Linas. Le bassin du Grand Etang à Marcoussis avec une capacité de stockage de 100 000 m3 protège, en complément du bassin du Gué, le centre de Marcoussis.

Télécharger le panneau pédagogique « Bassin sec »
Télécharger le règlement Assainissement
Télécharger la carte des bassins secs et en eau

LES BASSINS EN EAU ont été creusés dans le lit de la rivière et sont en relation avec la nappe phréatique. Remplis toute l’année, ils préservent une capacité de stockage pour accueillir les crues de l’Orge.
Grâce à des vannes situées à l’entrée et à la sortie de chaque bassin, le Syndicat peut contrôler les volumes d’eau stockée.

LES BASSINS SECS, ne se remplissent qu’en cas de pluies exceptionnelles. Directement situés sur le cours de la rivière, ils sont secs presque toute l’année. C’est en cas de montée des eaux que l’Orge ou l’un de ses affluents inonde ces bassins. Une vanne de sortie - sorte de digue télégérée - permet de contrôler en permanence le débit à l’aval de l’ouvrage.